Le mariage sous L'Ancien Régime

Ce poème fait partie du recueil du Labyrinthe d'amour d'Henri Fornier, sieur du Clos.

Sur les Cornes.


  • EN chantant ie ueux guarir
  • Le ſouci qui fait mourir
  • Plu ſieurs gens deuant leurs aages.
  • Orphee au ſon de ſes vers
  • A mille animaux diuers
  • Adouciſſoit le courage.
  • Dequoy ſert de vous faſcher
  • Puis que nous pouuez cacher
  • Les deux cornes qui vous ſortent.
  • Les Satires demy dieux
  • Touſiours gaillards & ioeux
  • En toutes ſaiſons les portent.
  • La planette qui reluit
  • Sur les flambeaux de la nuict
  • Par les Cornes eſt cogneuë.
  • Iupiter emmaillotté
  • Ne voulut eſtre allaité
  • Que d’une chéure cornuë.
  • Puis apres quand il fut grand
  • Et qu’il euſt le premier rang
  • En la gloire tant vantee.
  • Il n’euſt pas croyez ſi net
  • En ſon ſacré cabinet
  • Que la corne d’Amalthee.
  • Le Belier d’or tout friſé
  • N’eſt-il pas fauoriſé
  • C’eſt le premier de la dance.
  • Et pour l’honneur de ſon front
  • Les prez verdoyans ſe font
  • Le printemps ſous luy commence.
  • Le Toureau qui ſuit apres
  • Print les cornes tout expres
  • Pour gaigner les bonnes graces.
  • De la fille d’Agenor
  • Qui comme vn riche thresor
  • A toute heure les embraſſe.
  • Voyez quelle authorité
  • Le Capricorne eſt monté
  • Pour l’honneur de l’oing qu’il porte.
  • Et ſçache bien que l’hyver
  • Ne peut vers nous arriver
  • S’il ne luy ouure la porte.
  • Et ſi vous n’eſtes content
  • Et voulez qu’en fueilletant
  • Sur la Bible ie me fond.
  • Vous verrez tout à l’instant
  • Le bien & contentement
  • Que les Cornes ont eu au monde.
  • Il m’eſt advis qui ie voy
  • Aaron preſtre de la loy
  • Pour receuoir les offrandes.
  • Si les Cornes l’on vous voit,
  • Sa mitre auſſi les auoit,
  • Mais non pas du tout ſi grandes.
  • Sainct Hubert dit maintefois
  • Qu’il a veu dedans vn bois
  • D’un beau Crucifix l’image.
  • Entre les cornes d’vn cerf
  • Ce miracle auſſi lui ſert
  • Qu’au ciel eſt ſon heritage.
  • Ieſus-Chriſt le pur innocent
  • Qui nous laue de ſon ſang
  • Quand il priſt icy naisſſance.
  • Combien qu’il ſe v t tout nud
  • Voulut que le bœuf cornu
  • L’eſchaufaſt de ſa preſence,
  • Preſidens & Conſeillers
  • De Iuſtice les pilliers,
  • Docteurs, Medecins & Preſtres,
  • Procureurs ſur toutes gens
  • A bien prendre diligens
  • Sont-ils pas appellez maiſtres?
  • Ils ſont maiſtres voirement
  • Pour porter communément
  • Quatre cornes ſur la teſte.
  • Voire aucuns d’eux ſont tenus
  • Outre leurs bonnets cornus
  • Porter auſſi la cornette.
  • Les papillons eſmaillez
  • Iaunes, blancs, verds, aſurez
  • Font que leurs cornes paroiſſent.
  • Et le petit limaçon
  • N’a maieſté ny façon
  • Sinon quand les ſiennes croiſſent.
  • C’eſt aſſez pour vne fois
  • Car de trop chanter, la voix
  • Perd la douceur de ſa grace.
  • Et en ſi riche argument
  • Pour voller ſi hautement
  • Faudroit la plume d’Horace.

Orphée (en gr. Orpheus)

Aède mythique de Thrace, fils du roi Œagre et de la muse Calliope. Sa légende, l’une des plus obscures de la mythologie grecque, est liée à la religion des mystères ainsi qu’à une littérature sacréallant jusqu’aux origines du christianisme. Orphée invente la cithare, ou reçoit d’Apollon la lyre à 7 cordes et en ajoute 2, atteignant ainsi le nombre des Muses, 9. Son chant charmait les dieux et les mortels, apprivoisait les fauvres, parvenait même à émouvoir les ëtres inanimés. Par ce pouvoir, unissant la poésie et la musique, il est très utile à des Sirènes. C’est aussi par ses mélodies qu’il apaise Cerbère et charme les divinités infernales, quand il descend aux Enfers pour obtenir le retour à la vie de son épouse disparue (Eurydice). Affligé par la perte définitive de celle-ci, Orphée reste jusqu’à la fin inconsolable et solitaire. Selon la version la plus répandue sur sa mort, il est mis en pièces par les Ménades, soit pour avoir dédaigné l’amour des femmes de Thrace, soit pour avoir exclu les femmes des mystères. Selon une autre version, Orphée est foudroyé par Zeus pour avoir révélé ses expériences du royaume des morts à ses mystères.
  • « Orphée en gr. Orpheus », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Jupiter

D’autres noms : Stator (qui arrête), Elicius (qui fait le foudre) et Feretrius (qui frappe). L’équivalent du dieu grec, Zeus, Jupiter, fils de Saturne, est le roi des dieux considéré comme divinité primordiale faisant partie de la triade capitoline (Jupiter-Junon-Minerve) dans la mythologie romaine-italique. Jupiter gouverne le ciel, les éléments météorologiques (tonnerre, foudre) et la lumière du jour. Ainsi il est souvent représenté avec les emblèmes de l'éclair, du trône et du sceptre.
D'un esprit licentieux, Jupiter prit maintes amantes, cependant, seulement sa sœur jumelle Junon conquit son cœur. Après plusieurs tentatives de la courtiser, il réussit finalement à gagner sa main en se transformant en coucou mouillé pour exciter la sympathie et l'affection de la déesse. Ainsi leurs noces marquèrent le premier mariage du monde.
  • « Hera / Junon », Le grenier de Clio (2001-2008), Mythologica.fr, Internet, 19 juillet 2011. http://mythologica.fr/grec/hera.htm.
  • « Jupiter », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.
  • « Zeus / Jupiter (3/4) », Le grenier de Clio (2001-2008), Mythologica.fr, Internet, 19 juillet 2011. http://mythologica.fr/grec/zeus3.htm.

Amalthée (en gr. Amaltheia)

La chèvre qui allaita l'enfant Zeus, selon la mythologie grecque.
  • « Amalthée (en gr. Amaltheia) », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Agénor (en gr. Agênôr)

Fils de Poséidon, le dieu grec de la mer et de l’eau, et de Libye. Selon d’autres sources, Agénor fut le fils du roi Épaphos et de Memphis. Il fut également le roi de Phénicie et donna naissance à Cadmos, le héros grec qui fonda Thèbes, et à Europe, dont Zeus tomba amoureux.
  • « Agenor », Wikipédia l'encyclopédie libre (31 janvier 2011), Los Angeles, Wikimedia Foundation, Iternet, 16 mars 2011. http://en.wikipedia.org/wiki/Agenor.
  • « Agénor en gr. Agênôr », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994

Capricorne

  1. L’un des douze signes astrologiques. Celui-ci est lié aux personnes nées entre le 22 décembre et le 20 janvier. Il est considéré comme signe féminin, négatif et il est souvent associé avec l’élément classique de la Terre.
  2. Capricorne (tropique du). Parallèle de la sphère terrestre qui se trouve à latitude 23 degrés, 36' S.
  • « Capricorne (astrologie) », Wikipédia l'encyclopédie libre (16 juin 2016), Los Angeles, Wikimedia Foundation, Internet, 22 juin 2016. https://fr.wikipedia.org/wiki/Capricorne_(astrologie).
  • « Capricorne (tropique du) », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Aaron

Selon la Bible, Aaron aurait été le frère de Moïse et le premier grand prêtre des Hébreux.
  • « Aaron », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Saint Hubert

Saint et Évêque de Tongres, Maastricht et Liège. Selon la légende, Hubert, parti seul pour la chasse, se serait trouvé face à un cerf blanc qui portait une croix entre ses bois. Hubert devint donc le saint patron des chasseurs.
  • « Hubert (saint) », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Christ (Jésus) (en lat. Christus)

Les catholiques disent « le Christ », les protestants souvent « Christ », sans article. Figure centrale de la religion chrétienne, pour laquelle le Christ, c'est-à-dire le Messie, l'Oint du Seigneur, c'est Jésus (Jésus-Christ). Il s'identifie avec le Messie annoncé diversement par les prophètes de l'Ancien Testament (Daniel, VII, 13 ; Isaïe, XI, 1-9 et LII-LIII ; Zacharie, IX, 9), mais le royaume qu'il instaure n'est pas de ce monde (Jean, XVIII, 36). Il est le fils de Dieu annoncé par Jean-Baptiste (Jean, I, 33). Dieu incarné, il possède les deux natures, homme et Dieu (ce point a soulevée plusieurs hérésies), ce qui fait de lui l'intercesseur, le lien entre les hommes et Dieu. Il a souffert sur la croix et il est mort pour le salut des hommes, compromis depuis la faute d'Adam. Il est donc le Rédempteur et le Nouvel Adam.
  • « Christ en lat. Christus, calqué sur le grec khristos qui traduit l'hébreu mashiah (d'ou messie) « oint » », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.

Horace (en lat. Quintus Horatius Flaccus)

Poète romaine renommé (Venouse 65 – 8 av. J.-C.) dont les œuvres, qui abordent les thèmes de la philosophie, l'art de la poésie, l'amour et l'amitié, eurent une influence énorme sur la littérature latine. De nos jours, il nous reste ses Satires, ses Épodes, ses Odes et ses Épîtres.
  • « Horace », Wikipédia l'encyclopédie libre (10 mai 2010), Los Angeles, Wikimedia Foundation, Internet, 4 mai 2010. http://fr.wikipedia.org/wiki/Horace.
  • « Horace (en lat. Quintus Horatius Flaccus) », Le Petit Robert : Dictionnaire illustré des noms propres, Paris, Dictionnaires le Robert, 1994.