Le mariage sous L'Ancien Régime

La leçon définitive de ce texte qui conseille à la femme patience et sagesse: "Il n'est homme si malheureux qui, employé, ne serve à quelque chose".
 316 

Le reconfort des femmes qui se plaignent de l'absence et deffaut de leur mary.

  • Si ton mary ça et là se pourmeine
  • Pour changer d'air, n'en ayez pensement :
  • Il faict cela pour ton soulagement
  • Et pour dispos te relever de peine.
  • Mais, s'il prend chose que dire il n'ose,
  • Pour avoir, sot, en eau trouble pesché,
  • Le voilà bien puny de son peché!
  • Laisse-le à part, sa santé se repose.
  • S'il a perdu en son aage d'enfance
  • Un grain des siens, tu n'y prens pas plaisir,
  • Tu m'entens bien ; mais il vaut mieux choisir
  • Un bon tesmoing que deux sans souvenance.
  • Si ton mary va son argent despendre
  • A la taverne, il a quelques raisons :
  • On ne despend pas tant à la maison,
  • Et l'ordinaire en est quelque peu moindre.
1
  • Si tous les jours comme insencé il crie,
  • Tempestatif, cholère, sans repos,
  • Faisant mestier de battre à tous propos,
  • Endure tout : bien ayme qui chastie.
  • Si, chargé d'ans, il s'accoustume au jeusne,
  • Ne pouvant plus à la chasse trotter,
  • Tu sais qu'il faut vieillesse supporter;
  • Sois patiente : après le vieil un jeune.
  • Si à pourvoir sa maison il ne pense,
  • En temps & lieu, de charbon & de bois,
  • Tu n'en mettras pas tant à chasque fois
  • En ton fouyer, pour eviter despense.
  • Si tu pretens l'accuser d'avarice,
  • D'autant qu'il veut son argent espargner,
  • C'est qu'il a eu de peine à le gaigner;
  • Ne t'en soucie : espargner n'est pas vice.
  • Si, soupçonneux, il n'a ny goust ny grace,
  • Ne s'esmouvant pour gay te caresser,
  • Repose-toy, tu en seras plus grasse.
  • Si à jouer son argent il s'adonne,
 318 
  • Il a desir de riche devenir;
  • Mais il ne veut jamais se souvenir
  • Que l'homme droict ne fait tort à personne.
  • S'il est parfois chagrin et fantastique,
  • Il doit avoir quelque perfection
  • Pour contre-poids de l'imperfection :
  • L'homme d'esprit est souvent lunatique.
  • Si de bonne heur en soudaine maniere
  • Il a son bien et le tien despendu,
  • N'en fais semblant, tu n'as pas tout perdu :
  • Tu t'es aidée à en faire grande chère.
  • Si par excès l'humeur froide le tourmente,
  • Pour aller doux il laisse le courir,
  • Ne te pouvant au besoin secourir :
  • Femme d'honneur de bien peu se contente.
  • S'il ne faict cas d'ouir ta remonstrance,
  • Voulant tousjours à sa teste obeir,
  • Si mal luy vient, ne te veuille esbahir :
  • Conseil de femme est meilleur qu'on ne pense.
  • S'il a esté forgé du costé gauche,
  • Et toy lignée à rebours de raison,
  • Vous n'aurez point de bruit en la maison;
  • Quant à ce poinct, vous vivrez sans reproche.
  • Quand un homme mal plaisant le resveille,
  • Luy demandant quelque debte payer,
  • S'il est fasché, ne t'en veuille esmayer :
  • Faute d'argent es douleur non pareille!2
  • S'il va faignant une folle simplesse
 319 
  • En tems et lieu, il n'y a nul danger;
  • Asseure-toy que , pour s'advantager,
  • Il convertit sa folie en sagesse.
  • Si sous son ongle un glus tirant s'amasse,3
  • Tu mangeras du gibier appresté,
  • Car par malheur l'homme au droict arresté
  • Ne prend plus rien s'il ne va à la chasse.
  • S'il est un sot superbe sans doctrine,
  • Voilà le train des jeunes maintenant,
  • Il parviendra, mais qu'il soit souvenant
  • De parler peu et tenir bonne mine.
  • Mais, s'il dispute, il tombera en friche.
  • Pauvrette, helas! de quoy te fasches-tu?
  • Tout le sçavoir n'y sert pas d'un festu,
  • Il gaignera moyennant qu'il soit riche.
  • Si bien pensant il s'adonne à l'estude,
  • Il pincera (sans rire) l'argent et l'or;
  • Tu garderas la clef de son thresor,
  • Prenant repos ans grand'sollicitude.
 320 
  • S'il est soldat et amy de la guerre,
  • Par son respect on te respectera.
  • A son retour, brave, il t'apportera
  • Quelque joyau venant d'estrange terre.
  • Si quelquefois le rheume le tourmente,
  • Tel humeur vient ses poulmons arrouser,
  • Ce rheume peut à la mort s'opposer,
  • Coupant le chemin à une fièvre ardente.
  • S'il est vexé d'une morne paresse,
  • Il s'en ira de bonne heure coucher :
  • Tu ne craindras qu'il te vienne empescher
  • Le doux effect d'une libre promesse.
  • Si, impudent, sans mesure il se prise,
  • Entrant partout comme un audacieux,
  • Laisse-luy faire, il n'en vaudra que mieux :
  • A telles gens fortune favorise.
  • Si, affronteur, il vante sa richesse,
  • Il te fera tousjours brave marcher ;
  • Quand il s'ira par contrainte cacher,
  • Tu demeureras du bien d'autruy maistresse.
  • Si à mal faire hardy is se dispose,
  • N'estant jamais d'aucun bien desireux,
  • Pense qu'il n'est homme si malheureux
  • Qui, employé, ne serve à quelque chose.
1. 
La gravure Corrige si tu peux présente le même message sous un ton moins ironique.
2. 
Chanson XVe-XVIe qui devient proverbe.
3. 
Note 1 : Les voleurs s'enduisent les mains de glu ou de poix.