Le mariage sous L'Ancien Régime

Ce sonnet de Philibert Bretin en 1576 est la première critique en vers des « Stances du mariage » de Philippe Desportes de 1573, selon Jacques Lavaud.

Opinions des Poetes sur le mariage

  • Ces Poetes gabeurs 1, dont la Grece est emplie,
  • Blamans autant le bon comme le vitieux,
  • Au mariage font sans plus deux jours heureux,
  • Le jour que femme meurt, le jour qu’ell’est benie.
  • Si riche est ton espouse, elle te seigneurie,
  • Si pauvre, disent ils, te voila malheureux,
  • Si laide, tu n’en peux beaucoup estre amoureux,
  • Si belle, alors la suit une grande escuirie.
  • Si jeune, il te faudra la domter tout ainsi
  • Comme un petit enfant, parquoy c’est un souci.
  • Si vieille tu la prens, c’est une droite entrape.
  • Mais pas un seul d’entr’eux n’a encor debatu
  • Quel mal suit celle là qu’est pleine de vertu,
  • Comme se sage esprit qui par son œil m’attrape.
Lavaud (Jacques), Philippe Desportes (1546-1606), Paris, Droz, 1936.
1. 
« Gabeur » : Moqueur.

« Gabeur », Le Grand Robert de la langue française version électronique (2011), 2e édition, Dictionnaires le Robert, Internet, 22 octobre 2009.