Le mariage sous L'Ancien Régime

Ce poème fait partie du recueil du Troisieme livre de la muse folastre, publié 1615 par Claude le Vilain.

Chanſon.


  • MOn pere mariez moy ou ie fera
  • Ce que ie ne fis iamais, ie leveray
  • Mon corſet deuant ces braves compagnons,
  • Qui tout le temps de leur vie m’aimeront.
  • Moy tant ieune Damoiſelle d’ Avignon
  • Dormiray-ie ainſi ſeulette non non.
  • Et pour mieux monſtrer que i’ay de la valeur,
  • Ie me feray habiller à la grandeur,
  • D’incarnal, bleu celeſte verd & blanc
  • C’eſt pour me monſtrer plus leste à tous venans.
  • Moy tant ieune, &c.
  • Hà ! que ie ſerois heureuſe que ie crois
  • Si i’avois toutes les heures deux ou trois
  • Compagnons qui fuſſent braues & bien gaillards,
  • Qui rembourriſſe à toute heure bien mon bas
  • Moy tant ieune &c.
  • Ie marcherois ſi ſery parmi les rues
  • Et me moquerois auſsi tant de ſes grues
  • Qui font tant des deſpiteuſes & pourtant,
  • Voudroient bien à toutes heures en faire autant.
  • Moy tant ieune, &c.
  • Vous femmes qui murmurez tant de mon fait,
  • Ie vous ſupplie d’apaiſer voſtre caquet,
  • Vous n’en oſeriez tant faire, c’eſt pourquoy
  • Ie vous prie donc de vous taire & tout quoy.
  • Moy tant ieune Damoyſelle de Rouen
  • Dormiray-ie ainſi ſeulette non vrayment.