Le mariage sous L'Ancien Régime

Ce poème fait partie du recueil du Premier livre de la muse folastre, publié 1615 par Claude le Vilain. Ce poème fait partie du recueil du Plaisirs des champs, écrit par Claude Gauchet, publié 1583.

CHANSON D'VNE
Bergere.


  • SI mon père ne me marie,
  • Ie ſçay bien que ie feray,
  • I’en iure Bergere m’amie,
  • Que ſans luy ie me marieray.
  • Et quoy ie ſuis deſia ſi grande,
  • Que mes deux beaux tetins hauſſez
  • Deuroient comme ie demande
  • D’vn enfant eſtre ià preſſez.
  • Que ie ſuis bonne meſnagere,
  • Il va diſant de iour en iour :
  • Mais il cuide qu’eſtant Bergere
  • Il puiſſe m’exempter d’amour.
  • Encor ſi i’auois eſperance
  • De l’eſtre en deux ou trois mois,
  • Quand i’en aurois la ſouuenance
  • Quelque peu me conſolerois.
  • Tant de garçons en ce village
  • Sont qui pourchaſſe de m’auoir :
  • Mais le vieillard pour tout potage
  • Fait ſemblant de n’en rien sçavoir.
  • Au fond d’vne Coudrette,
  • D’où n’approche le paſtoureau,
  • Souuent ie me trouue ſeulette
  • Auec vn ieune garçonneau.
  • Qui folaſtre ſous ma chemise
  • Met la main pour me chatouiller,
  • Mais ſi mon père ne s’aduiſe
  • Au trou ie le larray fouiller.