Le mariage sous L'Ancien Régime

Métadonnées | XML | Texte | Version originale | Version continue
Le topos de la femme qui bat son mari revient régulièrement dans le discours polémique sur le mariage, comme le montre plusieurs d'entre les textes et les images de notre corpus.
ADVIS SALUTAIRE ET TRES-NECESSAIRE aux gens de bien, qui se laissent battre par leurs femmes. Dedié aux Confreres & sœurs de la haute & basse, pauvre & riche, vieille & nouvelle, noble et roturiere Confrairie des Martyrs, martirisez par leurs des-honnestes indiscrettes & mal advisees femmes, nouvellement installee au lieu appellé Mal'encontre.1
Agere & pati. Chap. Si j'eusse bien pensé, &c.
2
Mes tres-chers Confreres, vous n'estes pas ignorans que des long-temps il y a une Confrairie des  4  Martyrs, erigée je ne sçay ou, instituée par je ne sçay qui, & de laquelle on parle je ne sçay comment : Mais l'ayant meurement consideree en toutes ses dépendances, aprés avoir esté prié de plusieurs, & speciallement de ceux de la ruë des Mauvaises parolles, & de la ruë Tourne-cul. J'ay deliberé sur leur instante priere, & pour la commodité de nous tous, de designer un lieu asseuré, où l'assemblée  5  se trouvera, s'il leur plaist, pour faire eslection des Maistres & Gouverneurs de la Confrairie, & pour deliberer des choses qui y seront requises & necessaires. Et pour ce, il est enjoinct, de par Thibault le Persecuté, General des Affligez, à tous qu'il appartiendra, de ne se presenter, pour se faire enroller, qui ne soient chargez de persecutions et d'opprobres, principalement de Fiebures-quartaines,  6  Malles-bosses, Voleurs & Yvrongnes, & toutes autres injures, & supplices, pratiquez par les Executeurs, à l'endroit desdits Martyrs, & prendre garde que Martin-baston 3n'y ay passé : car il est du tout indigne de converser avec lesdits Martyrs? Comme aussi ceux qui se presenteront devant Monsieur le Doyen, & Messieurs les Gouverneurs, pour estre examinez : leur est enjoinct d'apporter le certi-  7  ficat de leur Martyre ou Mariage, dont la teneur s'ensuit.
Nous sous-signé N. certifions que N. à esté accordé à sainct Pris, fiancé à sainct Innocent, marié à sainct Mery, les Nopces faictes à la Grimasse, & le soupper à la Vallée Misere, & de la coucher à la ruë de la Tennerie, & le lendemain s'en alla (comme son devoir estoit) aux Martyrs & sa femme aux Filles repenties, & a leur  8  retour, en leur maison scize en la ruë d'Amour sans soucy à present appellee la rue des afflictions, paroisse de Songez-y auparavant, se sont presentez chacun un bouquet, l'un fait de soucy, & l'autre de diverses pensees, & pour les conserver, les ont mis rafraischir dans une Phiole d'amertume remplie de larmes tombée du fin fonds de leur entendement.
Et vous tous, à qui le  9  semblable arrive, plus souvent que tous les jours, posez pour baze de vostre esperance, ce petit Proverbe tant usité, Patientia vincit omnia, la patience surmonte toutes choses : en nostre endroit, c'est la Reine des vertus? aussi sera elle à la face de nostre Labaron, ou Enseigne, avec la Souffrance, qui sera à revers, & nous fera sa harangue (malheur à nous) qui ne nous est que trop cogneuë : Usque ad finem patieris, tu  10  endureras jusques à la fin. Sus donc, mes chers Freres, prenons courage, qu'un chacun garnisse sa bourse, au desceu de son Persecuteur : afin qu'aprés que nous nous serons deuement acquitez de nos charges & devoirs, à l'endroit de la Confrairie, nous nous transportions au lieu nommé, la Consolation, scis en le rue d'Allegresse, à la Joye nompareille? Et là nous consoler les uns les autres, &  11  nous conter nos fortunes, chacun sçait les siennes, & aussi si quelqu'un avoit usé de quelques paroles deshonnestes, à l'endroit de son Persecuteur, il en lave sa bouche auparavent que de se mettre à table, où sera preparé le festin somptueux & magnifique, garny de (je ne vous dis rien) toutes sortes de mets, apportez du Royaume sans nom.
 12 
STATUTS DE LA Confrairie
Item, sera fait eslection de deux Maistres, les plus Souffreteux & Persecutez, qui se puissent trouver entre les Confreres & seront tenus establir des Commis en divers endroits, pour la commodité de ceux qui se voudront faire enroller.
  1. En la rue qu'on appelle, Va te coucher sans soupper.  13 
  2. En la ruë, Je suis Maistre quand je suis seul.
  3. En la ruë, Souvent faut que je me taise.
  4. En la ruë Doublee de Revesche.
  5. Pour les sœurs, En la Ruë Pavee d'andouilles sans cuire.
  6. En la ruë, Donnez leur du bon dans la Mitaine.
  7. Et ne recevront aucuns Confreres si leur chappeau ne tourne.
  8. Et ne recevront au-  14  cune sœur, si elle ne sçait dire, Mersi-Dieu, les mains sur les rognons.
  9. Est fait descences à tous ceux & celles, qui ne sont tels, comme si dessus a esté dit, de si presenter, à peine d'encourir un affront signalé en presence de toute l'Assemblée. Fait ce jour de ma grande affliction, au mois de mon Martyre, l'année, prens y garde, si tu veux.
 15 
L'on vous fait asçavoir, que Lundy prochain vous vous trouverez, tant Confreres, que sœurs audit lieu des Martyrs, au matin, pour y recevoir vostre distribution, & vos boucquets à l'accoustumé.
1. 
Dans sa bibliographie critique des éditions facétieuses parues de 1610 à 1643, Alain Mercier indique vers 1610 comme la date probable de publication des pièces de ce genre, par exemple un Advertissement salutaire aux confrères de la [...] confrairie des martyrs, aussi bien que L’Advis salutaire reproduit ici. Voir Le Tombeau de la Mélancolie: Littérature et facétie sous Louis XIII, t. 2, Paris, Honoré Champion, p. 425.
2. 
La gravure La confrerie des martyrs" ainsi que les vers "Sur la jalousie" du Sieur de Sigognes illustrent l'ampleur de la confrèrie des cocus.
3. 
« Martin-Bâton » : s. m. Homme armé d'un bâton, et, par extension, le bâton personnifié qui sert à battre les animaux récalcitrants. Il faut ajouter que dans notre corpus, le bâton personnifié qui sert à battre les animaux récalcitrants sert aussi à battre la femme.

« Martin-Bâton », Émile Littré : Dictionnaire de la langue française (1872-77), The ARTFL Project, Department of Romance Languages and Literatures, University of Chicago, Internet, 26 mai 2011.