Duché de Milan

État indépendant puis fief du Saint Empire Romain germanique au centre de l'Italie du Nord, les territoires du duché couvraient surtout la Lombardie et les villes de Milan et Pavie. La famille Visconti porta le titre de duc de 1395 jusqu'en 1447 suivant le décès du dernier descendant légitime. En 1447, les Milanais proclamèrent la République ambrosienne qui dura jusqu'en 1450, mais pour éviter la division du duché, ils appelèrent Francesco Sforza, beau-fils du dernier Visconti régnant, à réunir la territoire. Les Sforza gouvernèrent le duché jusqu'en 1535, quand François (Francesco) II Sforza mourut sans héritier. Réclamé par son suzerain, l'empereur Charles Quint, le duché fut dominé par les Espangols jusqu'au traité de Baden en 1714, où il fut cédé à l'Autriche. Puis en 1797, suivant sa conquête par Napoléon Bonaparte, le duché fut cédé encore à la France. À la fin des guerres d'indépendance et d'unité italienne, Milan passa au roi de Sardaigne, qui deviendrait aussi roi d'Italie en 1861.