Arétin

Écrivain italien (Arezzo 1492 - Venise 1556). Au cours d'une vie mouvementée, il fut protégé par Jean des Bandes Noires et Clément VII, lié à l'Arioste et à Titien, admiré et redouté par les souverains les plus puissants d'Europe. Il se fit tant d'ennemis par ses intrigues et ses Pasquinades, poèmes satiriques, qu'il dut se réfugier à Venise (1527) où il mena une vie fastueuse et licencieuse. Il se montra un observateur cocasse de la société et un esprit plein d'invention dans ses comédies : La Courtisane (1525), Le Maréchal (1527), L'Hypocrite (1542), source probable du Tartuffe de Molière, et Le Philosophe (1546). [...] Il fut, selon ses propres termes, le secrétaire du monde à travers ses Lettres, qu'il édita de son vivant. Mais on a surtout retenu de lui les Ragionamenti, six dialogues désinvoltes et obscènes qui sont à la fois un code de la galanterie et un savoureux tableau des mœurs de l'époque. Si l'on excepte ses ouvrages hagiographiques à la rhétorique enflée, l'œuvre de l'Arétin se signale par l'extraordinaire vivacité de la narration, le réalisme et l'inventivité linguistique. Son cynisme, qui n'excluait nullement la générosité, son outrecuidance et sa vision complexe de la vie sont comme des signes révélateurs de la crise de la Renaissance.